Délégationde Drôme - Ardèche

Partage et solidarité aux jardins de la Galaure

En 2013, l’équipe du Secours Catholique et ses partenaires ont créé à Hauterives un jardin partagé sur un terrain municipal de 700 m², à proximité de l’établissement pour personnes âgées Gabriel Biancheri. Cet espace collectif est un lieu propice aux rencontres où se nouent des liens d’amitié.

Vue d'ensemble

Plusieurs partenaires - la ville d’Hauterives, l’EHPAD, L’Arche de la vallée, Familles rurales et les Jardins botaniques - , ont initié l’aménagement d’un jardin partagé, projet collectif porté et construit par tous les acteurs, en fonction de leurs désirs et de leurs compétences. Cet espace comporte aujourd’hui 9 parcelles, dont 5 individuelles, 2 collectives, une pour l’EHPAD et une parcelle de fleurs. Chaque jardinier peut planter les légumes qu’il souhaite : aubergines, courgettes, poivrons, courges ou potimarrons, haricots, concombres, épinards, céleris, betteraves, choux, oignons… Les parcelles communes contiennent poireaux, pommes-de-terre, salades, radis, carottes, herbes aromatiques et fleurs. Avec l’aide de la commune a été créé un chemin de promenade à travers le jardin, qui aboutit à un kiosque ombragé fait avec des charmilles. Œuvre collective, cet espace ouvert des jardins de la Galaure s’inscrit dans un environnement territorial et humain où se croisent les jardiniers du Secours Catholique, les personnes handicapées de L’Arche de la vallée, les personnes âgées de l’EHPAD et leur famille et aussi, les touristes qui visitent le Palais idéal. Le jardin, animé par des personnes "actrices" du Secours catholique, devient ainsi un lieu de rencontres, d’échanges, de convivialité où se nouent des liens. Les jardiniers et jardinières ont été conviés à cette entreprise collective par l’équipe du Secours catholique, puis c’est le bouche-à-oreille qui a fonctionné. Comme le dit l’une des participantes : « J’ai longtemps attendu l’occasion de pouvoir disposer d’un lopin de terre à cultiver. » et une autre ajoute : « Avoir un jardin, c’est un rêve qui se réalise. J’aime la nature. Quand j’ai des légumes à manger, c’est l’essentiel pour moi. » Les jardiniers consacrent en général 3 heures par semaine au jardin —dont 2 heures d’arrosage et 1 heure d’entretien. Avec en plus une activité en collectivité d’une durée de 2 heures, le mardi matin. « Pour moi qui suis au chômage, cela me remet dans une activité. »

Le système d’arrosage et les outils sont communs. L’eau, disponible à profusion à partir de l’EHPAD provient d’un puits. La culture est bio : aucun produit chimique n’est utilisé, mais éventuellement du purin d’ortie, de prêle, de tanaisie ou de consoude. Chacun participe financièrement à hauteur de 10 euros. Le Secours Catholique achète graines, produits divers (fumier composté, corne broyée...). Les plants sont soit faits par Charles, soit récupérés ou achetés. Les Jardins botaniques apportent des plants de fleurs et/ou de légumes anciens à la demande. L’ami Alain P. fournit gratuitement du fumier d’âne chaque année.

Face à un surplus de compost, l’idée est venue de construire une butte. Sur un fond de carton ont été placées en alternance des couches de terre, de branchages un peu décomposés pris dans la forêt, de fumier d’âne, avec une couverture d’herbe de la tonte. Y ont été plantés pêle-mêle des légumes variés et des fleurs… pour créer une biodiversité… mélange de couleurs et d’odeurs ! Une découverte à suivre ! Le résultat devrait être beau pour les yeux et bon pour le palais…

L’entraide et la solidarité sont des valeurs partagées par tous. « J’apprécie la solidarité dans le groupe : arroser à tour de rôle, permettre aux autres de récolter chez moi quand je ne suis pas là... » confie l’un des jardiniers. En quelques années, une vie collective s’est mise en place et les temps festifs comme des barbecues au jardin en début et en fin d’été sont des moments importants de convivialité et d’amitié fraternelle. « Ce qui me plaît au jardin, c’est de rencontrer des gens. Je me rends compte qu’il y a toutes sortes d’aléas de la vie. » commente un autre pendant le barbecue de juillet au jardin. Les jardins partagés participent au développement de notre territoire local. Leur réalisation ont permis à la ville d’Hauterives d’obtenir le label de la 2e fleur 2019 attribué par un jury de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Félicitations !

Imprimer cette page

Document

Portfolio

Drôme - Ardèche

  • Partage et solidarité aux jardins de la Galaure